combien gagne un freelance

Combien gagne un freelance par rapport à un salarié ?

En introduction, disons le tout net, un freelance ne sait avec certitude combien il a gagné qu’à la fin de l’année voire à la fin de l’année suivante quand les prélèvements sociaux ont été opérés. Il faut donc prendre nos chiffres comme des simulations à la grosse maille et pas comme des certitudes. Une fois qu’on a dit ça, je peux quand même vous dire combien gagne un freelance par rapport à un salarié en me basant sur mon expérience personnelle et sur celles d’amis à moi.

Salaire, TJM et intercontrat

Pour calculer le revenu prévisionnel d’un freelance, il faut prendre en compte le TJM qu’il espère, la marge d’éventuels intermédiaire, les périodes éventuelles d’intercontrat, les congés et évidemment les prélèvements obligatoire. En comparaison, côté salarié, on prendra en considération les éventuelles primes, intéressement, participation, avantages en nature type ticket restaurant ou CE, etc…

Prenons le cas d’un développeur touchant 2500€ nets par mois en SSII. Imaginons qu’il se lance en freelance et qu’il trouve une mission par l’intermédiaire d’une société de conseil pour un TJM de 450€. Sur ces 450€, la SSII prélèvera dans les 50€ par jour. Ce montant est difficile à généraliser, certaines prélèvent au forfait (exemple : 100€ par jour quelque soit le TJM) d’autres prennent un pourcentage. Il restera donc au freelance : 400€*217 jours pour le nombre de jours qu’il aurait travaillé en tant que salarié conventionné Syntec = 86.800€. Si on compare ce chiffre à son brut annuel de salarié, l’écart est énorme. Mais les charges qui vont directement peser sur lui seront plus importantes que celles qui faisaient passer son brut de salarié en net. Et c’est là que le calcul devient compliqué car les charges sont prélevées sur les bénéfices et pas sur le chiffre d’affaires. Il faut donc quels charges va avoir le freelance, le jeu étant de faire baisser le plus possible son résultat pour faire baisser ses charges.

Les frais à déduire de son chiffre d’affaires

Le conseil étant une activité de service, il y a assez peu de charges à déduire mais vous allez quand même pouvoir en trouver :

Les charges du quodidien

En tant que Freelance, vous pouvez déduire pas mal de choses que vous auriez payé de toute façon. Par exemple, vous pouvez déduire 50% de votre électricité et de votre internet, votre téléphone, des achats tels que des meubles (table, bureau, chaise…), des achats tels que des packs d’eau, du café, des fournitures de bureau… Tout ce qui peut être justifié facilement peut passer en frais et faire baisser votre résultat.

Charges immobilières

Vous avez la possibilité de déduire une partie de vos charges si vous êtes propriétaire, une partie de votre loyer si vous êtes locataire et même de vous verser un loyer si l’appartement est à vous. Ces montants peuvent vite devenir important mais vous ne devez pas les exagérer. Et seules les charges locatives peuvent être déduites.

Frais kilométriques

Historiquement, les frais kilométriques sont l’une des plus grosses sources de défiscalisation des entrepreneurs. A une époque, les abus étaient tellement gros que l’état à dû légiférer en limitant la cylindrée maximum des voitures servant à faire de la route. L’avantage c’est que les frais kilométriques ne nécessitent pas de justificatifs, il faut juste que votre voiture ait bien les kilomètres que vous avez déclaré au compteur et que les trajets soient liés à de vrais clients ou à des prospects chauds. Pour peu que vous habitiez un peu loin de votre client, vous pouvez facilement déduire plusieurs centaines d’euros par mois.

Les périodes d’intercontrat

Contrairement aux salariés, les périodes d’intercontrat ne vous seront pas payées. Vous devez le prendre en compte dans votre calcul. Une année normale compte 251 jours ouvrés. On a pris 217 jours dans notre calcul pour retirer l’équivalent des congés et des RTT. A vous de voir combien de jours vous pensez travailler dans l’année et si vous voulez profiter de votre TJM pour gagner beaucoup ou pour travailler moins.

Au final, combien gagne un développeur freelance ?

Notre calcul se base sur un salaire / TJM de développeur mais, quel que soit le métier, vous pouvez espérer doubler votre salaire en passant indépendant. Entre les dépenses perso que vous passerez en pro et le TJM qui ira droit dans votre poche, vous passerez facilement de 2500 à 5000€ net. Il faudra juste être conscient que ça se fera au prix de plus de paperasse, de difficultés avec la banque pendant 2 ou 3 ans et de petits stress pendant vos recherches de mission mais, dans l’informatique, vous pouvez être sûr que vous trouverez toujours une mission en moins de 3 semaines. Et si vous fidélisez le client, votre salaire deviendra considérablement plus élevé qu’en tant que salarié.

Obtenez Gratuitement Votre Entretien Personnalisé

Avant de vous lancer en freelance, demandez votre premier entretien personnalisé gratuit. Vous pourrez échanger et obtenir :

  1. Des conseils personnalisés pour vous lancer
  2. Des contacts avec des experts (banquiers, expert comptable, assureurs…)
  3. Des outils de pilotage financiers
  4. 1 an de coaching

Cet entretien est Gratuit et Sans Engagement ! Lancez votre activité rapidement et dans les meilleures conditions grâce aux conseils de professionnels aguerris.